Gsm: 0494/35.00.65

Mail: catherinevancalster@hotmail.com

CENTRE THERAPEUTIQUE

rue d'Obaix 18

6238 LUTTRE.

CENTRE ESPACE HETRE

Chaussée de Charleroi 33A

1471 GENAPPE

CHIREC-CENTRE JEAN MONNET

Avenue Jean Monnet, 12

1400  NIVELLES

0032 (0)2 434 79 11 (uniquement)

N° Entreprise BE0809.920.108

© 2023 par EL. 

 

  • White Facebook Icon

À chacun ses objectifs

Les enjeux d’une alimentation équilibrée chez l’enfant sont multiples : permettre une

croissance harmonieuse et un développement optimal par un apport nutritionnel

adapté à l’âge, la croissance et l’activité physique, prévenir certaines pathologies à

moyen et long terme résultant de carences ou de déséquilibres alimentaires,

dépister les troubles et carences alimentaires, y remédier et favoriser une relation de

qualité au moment des repas.  La diététicienne vous aidera à atteindre ces objectifs.
 

Au-delà des problèmes de poids (1 jeune sur 3 est en surpoids!), on observe effectivement

des déséquilibres dans les apports nutritionnels chez les jeunes enfants.  

Par exemple, 17 % des enfants de 6 à 12 ans présente une hypercholestérolémie...
 

Enfants et adolescents

 

Lors de la grossesse, il est nécessaire d'équilibrer au mieux son alimentation. C'est dans cette optique que le suivi diététique est plus que conseillé. Ne pas se priver et ne pas restreindre son alimentation afin d'éviter des carences pour le foetus et la future maman.

Une femme enceinte ne doit pas décider seule de débuter un régime : tous les régimes sont contre-indiqués au cours de la grossesse, sauf ceux prescrits par le médecin lors de la survenue, par exemple, d'un diabète gestationnel. Dans ce cas, la future maman sera conseillée et guidée par la diététicienne et le médecin.


 

Une alimentation saine et équilibrée est recommandée.
Il ne faut pas doubler l'apport calorique mais il est conseillé d'augmenter la consommation de certains nutriments essentiels pour la croissance et le développement du foetus.

"On ne mange pas 2 fois plus mais 2 fois mieux!"

Les femmes allaitantes, contrairement aux idées reçues, ne doivent pas manger pour deux et ne doivent pas exclure certains aliments (sauf raison médicale).   Une femme allaitante doit avoir une alimentation des plus équilibrée.

Le/ la diététicien(ne) à le rôle de s’assurer de cet équilibre aussi bien au niveau des  macronutriments (protéines, lipides, ..),  qu’au niveau des  micronutriments (vitamines, minéraux).

Grossesse et 
allaitement

Vous ne vous sentez pas bien dans votre corps, votre surpoids vous

obsède ou encore pour des raisons de santé vous DEVEZ perdre du poids.  

Ensemble, nous pouvons atteindre vos objectifs avec un suivi personnalisé.


Voici déjà quelques conseils pour bien commencer:

Vous pouvez réussir à perdre quelques kilos en changeant un peu vos habitudes

alimentaires comme par exemple arrêter les boissons sucrées et jus de fruits et

augmenter votre activité physique. 

Pas forcément faire du sport de façon intensive et tous les jours, mais sachez qu'une

marche quotidienne de 45 minutes peut déjà faire la différence.

 

 

Votre détermination fera la différence!!

Les séances de suivi diététiques sont très importantes et ne sont donc pas à négliger. 

La première semaine pourrait vous sembler difficile mais le premier kilo perdu est encourageant! 

Perte de
poids

Comme l’alimentation de toutes et tous, elle se doit d'être équilibrée. 

Cependant cette diététique à des particularités surtout avant, pendant et après un effort, et ce, quelle que soit le niveau du sportif.  Cette alimentation diététique a pour but d'éviter au sportif quelques désagréments tels que l'hypoglycémie : le carburant du muscle ce n'est pas l'essence mais le sucre.

Les réserves de l'organisme, qui se trouvent dans le foie essentiellement, n'excédent pas 2 heures en cas d'effort important. Au-delà il y a risque de manque de sucre dans le sang, c'est l'hypoglycémie : les symptômes sont une sensation de malaise avec sueurs, une faim intense (voire douloureuse), une fatigue extrême pouvant aboutir à la syncope (le sucre est aussi le carburant du cerveau).

En dehors de la consommation de sucre, l'organisme va perdre au cours de l'effort (dans la sueur) de l'eau et des électrolytes (sel, potassium), cette perte est responsable d'un certain degré de déshydratation et de crampes.
Enfin des résidus de la consommation énergétique des muscles vont s'accumuler (acide lactique, azote) et provoquer après l'effort crampes et douleurs musculaires.
C'est en prenant compte de tous ces éléments que la diététique sportive entre en jeu.

Sportifs

De nombreuses pathologies (maladies) comme par exemple :

- l’excès de graisse dans le sang,

- mauvaise glycémie

- l’hypertension, 

- les maladies cardio- vasculaires,

- mauvaise prise de sang

- les allergies,

- les intolérances, …

nécessitent un suivi diététique très précis.

 

Dans tous les cas, le/ la diététicien(ne) travaillera en collaboration avec le médecin en charge du dossier.

Cas
pathologique